Mentions légales  © 2015 ccf-vaucluse

Conseil Conjugal et Familial en Vaucluse

Tous droits réservés

  • Facebook Clean
  • LinkedIn Clean
  • Google+ Clean

Kâma Sûtra ou Cantique des Cantiques ?

L'expression d'un désir brûlant

 

A travers le dialogue de deux amants, il en dit long sur la beauté sensuelle, érotique et charnelle de la rencontre amoureuse. A aucun moment il n'est question de concevoir un enfant. Ce qui compte, c'est la rencontre amoureuse où s'exprime le désir brûlant, la hâte de s'aimer, la beauté des corps.

 

 

S'aimer. Follement. Est-ce possible encore après 5 ans, 10 ans, 20 ans de compagnonnage conjugal ? Je n'ose pas dire 3 ans seulement. Car combien de conjoints, hommes ou femmes, se lassent de leur sexualité ?

 

Dans ces moments de « désert » érotique, le Kâma Sûtra semble arriver comme une bouée de sauvetage : source de promesses apparentes, il est également source de nombreux fantasmes, et aussi parfois de désillusions.

 

Regarder par le trou de la serrure ?

Ouvrir le livre, secrètement, ou en chercher des extraits en ligne, et se dire : « Voyons voir un peu ce qui se passe là-bas ... ». La tentation est grande... Avec, comme arrière-pensée : « Mais que faire pour pimenter nos ébats amoureux ? Pour avoir plus de plaisir ? Pour le retrouver ? Pour varier ? »

 

Nous ne sommes pas si loin, ici, de l'attitude infantile qui consiste à regarder par le trou de la serrure : « Qu'est-ce que je pourrais voir, apprendre de plus que je ne sache déjà en matière d'érotisme ou de sexualité ? ».

 

 

 

Au-delà de la curiosité, de l'amusement, du regard mutin, découvrir ou redécouvrir le Kâma Sûtra est aussi une façon

de se rassurer ou de s’interroger sur ses « performances » sexuelles à travers la contemplation

des jolies miniatures fantasmatiques.

 

 

 

 

« Performances » ? Là est le problème !

Le message du Kâma Sûtra n'est pas dans la performance, il invite d'abord à développer une sensibilité particulière pour mieux prêter attention à l'autre. Mais bien souvent mal compris, il agira inversement comme une méprise, et chacun(e), après avoir souri, se retrouvera seul(e) avec lui-même et la réalité de ses propres limites physiques : toute une série de variantes du Kâma Sûtra sont réellement, physiquement, inaccessibles !

 

 

Pas moins érotique est la lecture du Cantique des Cantiques que je vous propose de (re)découvrir afin de porter un regard nouveau sur votre façon de vivre la rencontre amoureuse avec, à la clé, tout autant, si ce n'est plus, de joie, de plaisir, de tendresse, de sensualité …

 

 

 

Le Cantique des Cantiques rappelle le « b.a.- ba » de la rencontre amoureuse.

 

Il rappelle l'importance du baiser.

« Qu'il me baise des baisers de sa bouche ! » (1,1.) nous dit l'amante en ouvrant le chant d'amour , pour préciser ensuite le goût délicieux de cet échange charnel : « le miel et le lait sont sous ta langue » (4, 11.).

Le baiser permet de découvrir l'autre avec douceur, de le goûter ! Il est le premier contact intime avec son corps. Tendre. Passionné ! « Où sont passés vos baisers ? » ai-je envie de vous demander. N'étaient-ce pas ces baisers langoureux chargés de promesses qui, aux premiers temps de la rencontre, en ont fait rêver, frémir, valser, pâlir, plus d'un(e) ?

 

 

Il rappelle l’importance du regard et de la parole.

« Où sont vos paroles douces, bienveillantes, coquines ? » pourrais-je ajouter.

 

« Les courbes de tes hanches sont comme des colliers, œuvre de mains d'artiste, Ton nombril est un bassin arrondi où le vin épicé ne saurait manquer. Ton ventre est un tas de blé bordé de lis. Tes deux seins sont comme deux faons, jumeaux d'une gazelle. Ton cou est comme une tour d'ivoire. Tes yeux (…), Ton nez (…) Comme tu es belle et comme tu as d'attraits, amour, fille de délices ! Ta taille à toi ressemble à un palmier, et tes seins à des grappes. »

(7, 2-9)

 

Il a du la regarder longtemps, sa bien-aimée, très longtemps, pour décrire son corps de façon si précise, sensuelle et poétique !

 

Le regard et le langage touchent au cœur de l'intime, conduisent à la rencontre avec confiance, transforment et rendent aimable. Ils mènent au langage du corps, essentiel pour la vie du couple.

 

Et vous ?

Où en êtes-vous du regard que vous posez sur votre aimé(e) ?

Est-il neuf ? A chaque fois émerveillé ?

Prenez-vous le temps de contempler ses courbes, de sentir sous la paume de vos mains les frontières du corps de celui ou celle que vous avez choisi ?

Fermez-vous les yeux pour en extraire tout le suc ?

Où en êtes-vous de ces paroles d'amour charnel murmurées à l'oreille ?

N'ayons pas peur des orgasmes auditifs (plutôt féminins) : à vous d’innover !

 

 

Il rappelle l'importance du jardin intérieur de chacun(e) et du couple :

 

Jardin conjugal où il fait bon se poser et laisser de la place à l'intimité amoureuse : « De bon matin nous irons aux vignobles, nous verrons si la vigne bourgeonne, (…) là je te donnerai mon amour. » (7, 13.)

 

Jardin personnel, où l'autre pourra pénétrer avec confiance : « Je suis entré dans mon jardin, ma sœur épouse » (5,1.)

 

 ... Jardin, enfin,  où pourra se cultiver la force et la durée du désir.

 

Et vous ?

Où en êtes-vous de vos temps de pause ?

De votre rythme conjugal ?

De votre disponibilité ?

 

 

Alors … Cantiques des Cantiques ou Kâma Sûtra ?

Ce n'est pas le choix de l'un ou de l'autre qui rendra la sexualité pétillante, mais plutôt l'investissement émotionnel, le regard inconditionnel posé sur l'aimé(e), mystérieux et infini, la prise en considération des cinq sens, de la parole, du regard et des caresses.

 

La sexualité apparaît comme un cheminement dans la découverte et de soi et de l'autre. Un cheminement qui demande parfois de la patience.

 

… Galipettes ou poésie ? Passion torride ou tendresse érotique, petit ou grand câlin ?

 

Êtes-vous prêts à pimenter votre relation... ou à y mettre du sel ?

 

Inutile de choisir : osez composer de façon renouvelée !

Toujours renouvelée...